Avertir le modérateur

22/02/2010

Le monde merveilleux de Valérie Pécresse. Illustration avec l’immobilier universitaire parisien

imagesCAM1GFDO.jpg

Ce que j’aime bien avec Valérie Pécresse, c’est qu’on est toujours contents…

Toujours contents, selon elle. Toujours contents grâce à elle !

Prenons un exemple, le dernier en date. Celui qui concerne les annonces qu’elle a faites vendredi lorsque B. Larrouturou lui a remis le rapport qu’elle lui avait commandé sur la question de l’immobilier universitaire parisien. Intitulé de manière sobre : « Faire de Paris la plus belle métropole universitaire du monde, c’est possible ! » http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2010/72/1/rapport-final-Larrouturou_137721.pdf

Dans le communiqué de presse diffusé vendredi, http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid49135/faire-paris-plus-belle-metropole-universitaire-monde.html, Valérie Pécresse « se félicite de l’implication de la communauté universitaire sur tous les sujets du rapport, et du succès de la concertation menée ces derniers mois qui a montré que les propositions du rapport recueillent une très large adhésion en son sein. » C’est sûr ! Elle a raison notre ministre, lorsqu’elle sait qu’elle va être critiquée sur un point, d'affirmer d’emblée, exactement le contraire. C’est un bon procédé rhétorique. Simple et efficace. Pas besoin d’argumenter. Elle a raison aussi notre ministre de se féliciter et de s’auto-congratuler, car personne ne le fera à sa place. Voire certains risqueraient de s'en émouvoir! …


Et d’ailleurs ils le font. Les trois présidents des Universités de Paris II, Paris IV et Paris 6 (Université Pierre et Marie Curie) affirment en effet, suite à ces annonces, qu’« il s’agit en réalité d’oukases, mal argumentés, mal documentés, établis sans concertation ni avec les universités ni avec les collectivités locales. » http://www.educpros.fr/uploads/media/REPONSE-DU-PRES-SORBONNE-UNIVERSITES-_2-4-6_-AU-RAPPORT-LARROUTUROU.pdf

Visiblement la concertation n’a pas été complètement menée avec les présidents d’universités. Mais si on s’intéressait à la piétaille universitaire, les gens comme moi, les enseignants-chercheurs de base, les chercheurs, les personnels administratifs et techniques, les étudiants. Sont-ils d’accord ? Ont-ils été consultés ? Si la ministre le dit, c’est que ça doit être vrai. Tant pis pour nous si nous ne sommes pas au courant. Encore une fois, une chose est sûre : plutôt que de passer par les instances collégiales et démocratiques, la ministre a préféré utiliser le « truc magique » de la "mission". C’est plus simple, plus efficace et on ne s’ennuie pas à demander vraiment l’avis des gens. Il suffit de faire semblant.

Le seul problème, c'est que cela peut vous revenir en boomerang. Comme cela a été le cas l’an dernier pendant les longs mois qu’on duré la mobilisation l’an passé. Ceci étant, si cela se produit, il suffit de dire que tous ceux qui s’opposent sont : en vrac, « réactionnaires, conservateurs, immobilistes, partisans, etc. »  Vous connaissez la musique, ça fait deux ans qu’elle se chante. Et pas seulement dans notre secteur.

 

Nous n’avons pas été consultés, mais nous ne sommes pas les seuls. Si l’on en croit un communiqué publié aujourd’hui « Jean-Paul Huchon, Président de la Région Ile-de-France, et Marc Lipinski, Vice-président chargé de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ont pris connaissance des décisions unilatérales de la ministre de l’Enseignement supérieur sur la réorganisation des universités parisiennes. Dénonçant le manque de concertation avec les collectivités, ils déplorent l’absence de vision francilienne. » De même, on peut lire dans un communiqué de la Marie de Paris, publié également aujourd'hui : "Pour être véritablement utile, le rapport de Bernard Larrouturou doit donc être le point dedépart d’une véritable concertation entre l’Etat, les collectivités locales et les Universités elles-mêmes aussi bien sur l’immobilier universitaire que sur la vie étudiante. Dans le passé, celle-ci a existé sous plusieurs formes. Depuis 2007, cette concertation indispensable n’a pas véritablement commencé."

Mais la Région et la Ville ce n’est pas grave, elles sont juste là pour payer ! Pas pour avoir leur mot à dire. Serait-ce la région et la ville  « vache à lait ». Notre ministre l'envisage apparemment puisqu'elle « souhaite que la Ville et la Région s’engagent également dans cette concertation dès le mois d’avril sur la base des lignes directrices exposées aujourd’hui et que cette concertation débouche sur un engagement financier significatif des collectivités locales. » C’est ça que j’aime bien aussi avec Valérie Pécresse : avec elle, la vie est simple. On ne s’embarrasse pas de complication. Elle décide et les autres payent !

La ministre exige en effet des collectivités un cofinancement alors que les engagements financiers de l’Etat sont notoirement insuffisants étant donnés les investissements à réaliser : 700 millions d’euros de dotations en capital, soit moins de 20 millions d’euros par an pour les universités parisiennes.

Et puis ce que j’aime bien aussi, avec notre ministre, c’est qu’elle est toujours très enthousiaste. Par exemple, elle a bien raison de se féliciter d’une vision « globale pour l’avenir de l’enseignement supérieur parisien ». Pas besoin de s’embarrasser de détails. La majorité des étudiants, y compris ceux inscrits dans les universités parisiennes, viennent de toute l’Ile de France, mais pourquoi se soucier que les projets prônés par le ministère s’arrêtent au périphérique à quelques exception défendues par la Région et la Ville de Paris (projet Condorcet et PRES Paris-Cité). Pour calmer les esprits chagrins de vagues promesses et de vagues engagements suffiront bien. Ainsi le second PRES (pole de recherche et d’enseignement supérieur, ie un regroupement d’établissements) « aura vocation à franchir la barrière du périphérique… ». Certes ! De même, rassurons-nous notre ministre s’est « engagée à accompagner les établissements d’Ile de France [en particulier Paris 8 et Paris Ouest-Nanterre] qui ne sont aujourd’hui engagés dans aucune dynamique de regroupement. » Dormez, dormez braves gens. De même, ce n’est pas la peine de préciser quelle sera l’articulation entre les universités parisiennes et le projet de campus Saclay de la ministre ; il suffit de renvoyer à la création d’un établissement public et à un futur schéma. Sur la question du rapprochement des grandes écoles et des universités, il vaut mieux rester prudent, …, surtout avant les élections régionales. Et tant pis si la coupure qui déchire l’enseignement supérieur français persiste. Fermez le ban. Tout le monde circule !

Ce n’est pas la peine non plus d’être très précis lorsque l’on fait des annonces sur la vie étudiante, ce parent toujours pauvre dans les politiques universitaires de l'Etat. Quelques belles promesses sur la rénovation des bibliothèques, des restaurants universitaires et des installations sportives, ainsi que l'annonce d'un bien imprécis plan conjoint (sic) avec les collectivités sur le logement étudiant permettront sans nul doute « d’améliorer durablement le cadre de vie des étudiants franciliens ». Depuis près de trois ans au ministère, Valérie Pécresse doit bien connaître le sujet.

Enfin ce n’est pas non plus la peine d’être très précis quand on explique que les universités parisiennes doivent voir le nombre de leurs sites passer de 130 à 45. Cela signifiera-t-il que le nombre de mètres carrés intra-muros diminueront ? Que des lieux symboliques de l’université cesseront d’être dévolus à cette institution ? Mystère.

 

Ce que j’aime aussi chez notre ministre c’est son imagination. Elle a une capacité épatante à inventer des nouvelles structures et des nouvelles institutions, pour permettre d’assurer le pilotage autoritaire. Et tout cela au nom de la « simplification et de la rationalisation » de notre paysage institutionnel ! Trop fort, comme disent les jeunes !

Et c’est ainsi que naquit EPAURIF ! Parce que pour assurer la « coordination » au niveau régional, pas besoin de demander à la région son avis. Ni à la communauté universitaire. Il vaut bien mieux créer une nouvelle instance, entièrement nommée par le ministère, c’est plus sûr. Au passage, on aime à entendre la ministre nous parler de « coordination des établissements »; c'est tellement contraire avec tout ce qu’elle fait depuis près de trois ans. Cela n’a tellement rien à voir avec une politique dont le principe moteur est la mise en concurrence systématique des établissements, comme principe nécessaire et suffisant de l’efficacité !

 

Ce que j’aime enfin chez notre ministre, c’est qu’elle sait utiliser des arguments convaincants. Par exemple, la menace. Ainsi quand elle explique que «  l’appel à projet du grand emprunt pour les "Campus d’excellence" sera une nouvelle étape importante pour rapprocher les établissements parisiens autour d’une gouvernance rénovée, et [qu’elle] a vivement souhaité que les PRES franciliens soient au rendez-vous du grand emprunt. ». Traduisons. Si vous voulez, récupérer de l’argent du « petit » grand emprunt, (voir note précédente), y compris pour financer vos missions de base, il va falloir être sages. Et appliquer un autre rapport dont je vous parlerais un autre jour, le rapport Aghion, et remettre encore un peu plus en question le fonctionnement collégial et démocratique des universités.

Bref, avec notre ministre, c'est tous les jours notre fête !

Commentaires

Je regardais avec intérêt une petite video sur la gauche. L'expression y est-elle au nom de SLR ou de la liste Huchon et al., voire des partis de gauche ? (pour être plus clair : j'aime bien ce que j'y entends, mais je ne sais pas quand quelle mesure je peux en faire implicitement le programme "de la gauche").

Écrit par : marc | 22/02/2010

Pour clarifier les choses : je suis candidate en tant que membre de la "société civile" sur les listes de Jean-Paul Huchon. Je suis une femme de gauche, mais n'appartiens à aucun des partis politiques de la liste de Jean-Paul Huchon. Je ne suis plus présidente de Sauvons La Recherche, l'ayant été comme je l'y étais engagée, un an; ma lettre de démission est là : http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article2958. Et j'explique dans le premier billet de ce blog, la raison de mon engagement actuel.
Quant au programme concernant la recherche et l'enseignement supérieur, il est ici : http://www.huchon2010.fr/sites/default/files/Enssup.pdf
Et comme vous le verrez, il est parfaitement cohérent avec tout ce que je dis dans les différentes vidéos qui ont été mises sur le blog!
Pour en discuter, si jamais vous êtes sur l'Ile-de-France, différentes rencontres sont organisées (café débats, réunions publiques, etc.) et certaines sont indiquées dans le calendrier du blog. Quant au programme de la "gauche", nous devons y travailler tous collectivement!

Écrit par : isabelle this saint-jean | 23/02/2010

Merci beaucoup pour ces précisions.
Justement, non, je ne suis pas en île-de-France. Je sais qu'il y a beaucoup de réunions intéressantes dans cette région, tant pour les élections régionales que des partis de gauche, dans une perspective nationale. J'ai regardé avec intérêt (et satisfaction:) le programme régionale pour l'île-de-France, comme dans ma région. Travaillons donc collectivement au programme "de la gauche", en effet !

Écrit par : marc | 23/02/2010

Le véritable comique de l'alimentation qui est un dictateur de la bouffe qu'il conçoit la meilleure, celui qui adopte des termes orduriers pour les aliments qu'il n'affectionne pas et qu'il ne veut pas porter ?
C'est bien l'homme qui veut faire croire qu'il est le seul a avoir la science infuse en matière de gastronomie et n'accepte pas que les autres mangent à leur manière.
Pauvres étudiants, Pécresse n'aurait pas pu trouver quelqu'un de moins médiatique et de plus sérieux, pragmatique ?
Bien sûr le cachet de cet homme ne doit pas être négligeable, grand bien lui fasse

Écrit par : Blanche Neige | 03/03/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu