Avertir le modérateur

11/03/2010

Menace sur le service public d'éducation nationale

780PX-~1.JPGCommuniqué d'Isabelle This Saint-Jean, ancienne présidente de Sauvons la Recherche et candidate n°2 sur la liste des Yvelines, Guillaume Balas, enseignant et n°2 sur la liste à Paris et Bastien Recher, enseignant et candidat à Paris.

Après avoir rencontré à plusieurs reprises des représentants franciliens du monde enseignant ainsi que des représentants des parents d'élèves, Isabelle This Saint-Jean, Guillaume Balas et Bastien Recher, enseignants et candidats de la liste Huchon 2010, partagent leurs vives inquiétudes et dénoncent fortement les prétendues réformes du gouvernement actuel en cours dans l’Education nationale. Sous couvert d’amélioration du système, on assiste en fait à l’application bornée du dogme libéral de non remplacement d’un poste d’un fonctionnaire sur deux, ainsi qu’à une remise en cause du modèle républicain.

La politique menée par le ministre Luc Chatel met en péril l’idée même de continuité du service public d’Education nationale. Non remplacement des enseignants, surcharge des classes à la suite de suppressions de postes massives (50 000 depuis 2002 et 16 000 à la rentrée 2010), disparition programmée des dispositifs d’aides et de remédiation (RASED, SEGPA…), conséquences catastrophiques de la réforme Darcos des lycées professionnels (20 000 jeunes sans formation cette année) : le constat est clair, la droite au pouvoir renonce pour des raisons idéologiques et budgétaires à lutter contre les inégalités scolaires et les inégalités sociales. A cette incurie s’ajoute aujourd’hui une consternante politique de dévalorisation des métiers de l’enseignement.


La réforme de la formation des enseignants conduit l’Etat à imposer aux nouveaux professeurs la responsabilité d’un service complet sans aucune période d’adaptation, ni aucune préparation pédagogique. Dès la rentrée prochaine, 100 000 élèves dans l’académie de Créteil et 1,6 millions en France seront touchés par cette réforme. C’est la réussite de ces élèves qui est en jeu et les associations de parents d’élèves, les syndicats enseignants et les associations du supérieur, qui la dénoncent, l’ont parfaitement compris. Dans ce contexte, la montée des violences scolaires est la conséquence directe du désengagement de l’Etat.

La piteuse exploitation politicienne par l’UMP et sa candidate des agressions récentes dans les lycées du Val-de-Marne ne doit pas masquer une montée globale des tensions liée à la diminution constante du nombre d’adultes formés dans les établissements scolaires. Les collectivités territoriales franciliennes ne peuvent compenser ce désengagement massif de l’Etat. Cependant, des efforts considérables sont faits dans le domaine de l’éducation.

Dans le cadre des élections régionales, à l’inverse des propositions de l’UMP francilienne, la liste de Jean-Paul Huchon défend un projet ambitieux de lutte contre le décrochage scolaire et universitaire, de promotion de l’apprentissage et d’amélioration de l’équipement, notamment numérique, des établissements. Pour toutes ces raisons, les candidats de la liste conduite par Jean-Paul Huchon affirment leur franc soutien aux mouvements en cours dans les académies franciliennes et aux principales revendications des enseignants et des organisations de parents d’élèves et de lycéens. Ils seront à leurs côtés lors de la manifestation du 12 mars à Paris.

 

3243715334_127b0ea28f.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu