Avertir le modérateur

19/12/2010

Il y a des matins où on aimerait rester au lit

Oui il y a des matins où ...

avec un peu de retard je me permets de vous signaler ce débat avec Benjamin Lancar, président du mouvements des jeunes de l'UMP, sur LCP le 10 décembre 2010 sur une question essentielle : celle de l'emploi scientifique.

J'ai essayé de rester calme!

 

L'échec du plan "réussir en licence"

Puisque la Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche fait de la pub pour son plan "réussir en licence" (qui ne convainc plus grand monde : voir par exemple  l'article du Point), il est bon de rappeler qu'il y a peu de temps, l'IGAENR (Inspection générale de l’administration de l’Education nationale et de la recherche), institution que l'on peut pourtant difficilement soupçonner d'être de parti pris, faisait un rapport extrêmement sévère qu'il est bon de relire.

Pourtant la réussite en Licence est bien essentielle pour ce qui devrait être un objectif politique majeur : celui de la démocratisation de l'enseignement supérieur.

Pour cela un plan pluri-annuel d'emplois est indispensable. Faire réussir les étudiants, ne peut se faire sans enseignants. Pour ne donner qu'un seul chiffre, savez-vous par exemple que chaque année trois millions d'heures complémentaires sont effectuées pour assurer les enseignements à l'Université?

La précarité dans l'enseignement supérieur et la recherche ne cesse d'augmenter et les jeunes du coup vivent des situations inadmissibles et se détournent de nos métiers. Nous réclamons ces création d'emplois depuis 2004.

Et nous devrions être heureux parce que -en apparence (en fait la réalité est moins rose encore en raison de ce que l'on appelle la "fongibilité asymétrique", terme barbare qui permet de transformer des postes... en tout autre chose, en toute discrétion)- il n'y a pas de suppression d'emploi dans notre secteur! Quand le dogmatisme atteint ce niveau... que dire?

15/12/2010

Synchrotron Soleil : la Région s’inquiète du désengagement de l’Etat

Communiqué de presse du 15 décembre 2010

Isabelle This Saint-Jean, Vice-présidente de la Région Ile-de-France chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, exprime sa vive inquiétude quant au financement du Synchrotron Soleil, en raison du désengagement de l’Etat.

Le budget 2011 du Synchrotron, qui sera présenté jeudi au conseil d’administration, fait apparaître une réduction drastique des crédits versés par l’Etat. L’enveloppe prévue va contraindre le Synchrotron à geler ses projets de développement.

« Diminuer les moyens du Synchrotron alors que le gouvernement multiplie les discours volontaristes sur l’aménagement du plateau de Saclay serait totalement incompréhensible et en complète contradiction avec les intentions affichées au sommet de l’Etat», estime Isabelle This Saint-Jean.

Ces incertitudes budgétaires risquent de remettre en cause un équipement de recherche majeur, essentiel dans le rayonnement scientifique de la France, et cela alors que les concurrents britanniques et allemands de Soleil viennent d’annoncer des investissements importants.

Le désengagement de l’Etat risque en outre d’entraîner une forte réduction des compétences uniques regroupées au sein de Soleil.

La Région Île-de-France a soutenu depuis l’origine le Synchrotron. Elle a financé la construction de Soleil à hauteur de 148,6 millions d’euros, soit son investissement le plus lourd dans le domaine de la recherche. Elle finance à 100% les locaux d’Ipanema, plate-forme européenne de recherche dédiée à l’étude des matériaux anciens, en cours de construction au sein du Synchrotron.

« On voit bien à travers cet exemple la réalité des engagements effectifs de la Région et de l’Etat sur le plateau de Saclay », conclut Isabelle This Saint-Jean.


Voir l'article du blog Science²

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu