Avertir le modérateur

15/12/2010

Synchrotron Soleil : la Région s’inquiète du désengagement de l’Etat

Communiqué de presse du 15 décembre 2010

Isabelle This Saint-Jean, Vice-présidente de la Région Ile-de-France chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, exprime sa vive inquiétude quant au financement du Synchrotron Soleil, en raison du désengagement de l’Etat.

Le budget 2011 du Synchrotron, qui sera présenté jeudi au conseil d’administration, fait apparaître une réduction drastique des crédits versés par l’Etat. L’enveloppe prévue va contraindre le Synchrotron à geler ses projets de développement.

« Diminuer les moyens du Synchrotron alors que le gouvernement multiplie les discours volontaristes sur l’aménagement du plateau de Saclay serait totalement incompréhensible et en complète contradiction avec les intentions affichées au sommet de l’Etat», estime Isabelle This Saint-Jean.

Ces incertitudes budgétaires risquent de remettre en cause un équipement de recherche majeur, essentiel dans le rayonnement scientifique de la France, et cela alors que les concurrents britanniques et allemands de Soleil viennent d’annoncer des investissements importants.

Le désengagement de l’Etat risque en outre d’entraîner une forte réduction des compétences uniques regroupées au sein de Soleil.

La Région Île-de-France a soutenu depuis l’origine le Synchrotron. Elle a financé la construction de Soleil à hauteur de 148,6 millions d’euros, soit son investissement le plus lourd dans le domaine de la recherche. Elle finance à 100% les locaux d’Ipanema, plate-forme européenne de recherche dédiée à l’étude des matériaux anciens, en cours de construction au sein du Synchrotron.

« On voit bien à travers cet exemple la réalité des engagements effectifs de la Région et de l’Etat sur le plateau de Saclay », conclut Isabelle This Saint-Jean.


Voir l'article du blog Science²

06/12/2010

Sans voix!

Un blog silencieux pendant plusieurs mois. Pourquoi? Parce que, à la suite des élections régionales de mars dernier, j'ai eu l'honneur d'être désignée comme vice-présidente de la région Ile-de-France en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche et vice présidente de la commission thématique de l'ARF (Association des régions de France) sur ces questions. Depuis ce jour, je n'ai pas réussi à prendre le temps de poster un billet sur ce blog. Je me suis efforcée de remplir au mieux la responsabilité qui m'a ainsi été confiée. Une lourde tâche. Un très grand honneur, mais des contraintes tout aussi importantes. Loin de l'image populiste des privilèges des élus... Un autre jour je vous expliquerai la politique que nous avons défini pour ce secteur, mais pas aujourd'hui.

En effet, aujourd'hui paradoxalement je reprends le clavier pour vous dire que je suis... sans voix! Sans voix face à la possible éviction de Jean-Paul Huchon de la Présidence de la Région Ile-de-France.

Une éviction qui fait suite au recours devant le Conseil d’Etat par un jeune responsable de l’UMP, demandant l'annulation de l’élection régionale arguant du fait qu'une campagne d'information sur les transports menée en septembre 2009 aurait été en fait une campagne de promotion de la majorité sortante et aurait donc faussé le résultat de l'élection de mars. Le rapporteur du Conseil d'Etat demande donc sur cette base l'annulation de l'élection de Jean-Paul Huchon.

Porutant cette campagne a eu lieu plus de 6 mois avant l’élection régionale. Pourtant cette campagne, purement institutionnelle, était reconduite, d’année en année, pendant la semaine de la mobilité. Pourtant la Commission Nationale des comptes (qui est elle-même composée de membres du Conseil d’Etat) a validé, à deux reprises, le compte de campagne de la liste de Jean-Paul Huchon en reconnaissant que la campagne du « conseil régional ne faisait nullement référence à la campagne électorale en cours ». Pourtant l’élection de la liste conduite par Jean-Paul Huchon est incontestable, elle a recueilli 57% des suffrages.

Je sais bien que beaucoup diront : 'il n'y a pas de fumée sans feu". Pourtant regardez bien les faits, ils sont tétus. Rien. Pas d'enrichissement personnel. Pas d'abus de biens sociaux.

Alors pourquoi? Oui pourquoi?

Ne serait-ce pas parce que l’UMP tente de reprendre ce qu’elle a largement perdu dans les urnes. Doit-elle faire oublier son échec national? Doit-elle faire écran à d'autres affaires qui font la une des médias? Jean-Paul Huchon dans son interview dans Le Parisien d'aujourd'hui, parle d'assassinat politique. C'est bien de cela qu'il s'agit. Mais au delà et à travers lui ce sont nos institutions, notre mode électif et notre démocratie qui sortirait, si une telle décision devait se confirmer, profondément fragilisée de cette affaire.
Au profit de l'abstention et du refrain bien connu des "tous pourris".

 

15/03/2010

La claque a été magistrale et pourtant...

images.jpgL'UMP et ses alliés, avec à peine plus de 26% des voix, doivent comprendre. Ils ont tout simplement obtenu le  plus mauvais résultat de la droite depuis le début de la VeRépublique. Et ce, alors même que la formation politique de Nicolas Sarkozy n'était pas partie seule et avait choisi de faire le plein de voix dès le premier tour. Alors aussi que le gouvernement n'a eu de cesse de récupérer les voix du front national par des politiques et des déclarations honteuses. Le rejet de la politique de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement est massif. Face à lui, le Parti Socialiste et ses alliés du premier tour ont obtenu plus de 29,5%. Quand le PS qui a dans les régions un bon bilan, retrousse ses manches, réaffirme ses valeurs de gauche et se remet au travail, le vent mauvais s'éloigne et l'espoir renaît. Avec Europe Ecologie et le Front de gauche, la gauche parlementaire obtient plus de 50 % des suffrages exprimés.

Voici le tableau plutôt « rose » qui s'est dessiné dans la nuit. Avec deux taches d'ombre toutefois, le fort taux d'abstention et le score du Front National qui prouvent bien que nos concitoyens n'ont pas encore retrouvé espoir dans la politique. Nous devons les convaincre qu'une autre politique nationale est possible et que la démocratie est un bien trop précieux pour qu'ils ne s'en occupent pas.

Pourtant, le gouvernement a-t-il entendu ce cri de colère démocratique ? Et peut-on espérer que Nicolas Sarkozy cesse de mener la politique désastreuse qu'il a conduite jusqu'à ce jour. Une politique injuste et inefficace. Une politique qu'il n'a même pas réévaluée alors qu'une crise économique et sociale historique s'est produite.

Rien n'est moins sûr à voir les ténors du gouvernement hier sur les plateaux.

Rien n'est moins sûr quand Christine Lagarde déclare au Monde : "Je ne vais pas me laisser ébranler par le taux d'abstention ou tel ou tel qui crie victoire. Cela me laisse indifférente et je vais poursuivre ma politique fondée sur les trois R : relance, réforme, redressement des finances publiques."

Rien n'est moins sûr, non plus, quand on entend ce que Nicolas Sarkozy déclarait vendredi dans les colonnes du Figaro magazine  (paru, soulignons-le, un jour plus tôt pour qu'il puisse s'exprimer... nouveau fait du prince) : « Je veux faire mon travail au service des Français du premier au dernier jour de mon quinquennat. Une fois ces dossiers bouclés [la réforme des retraites et le « chantier de la dépendance »], je proposerai au Parlement de compléter toutes les réformes réalisées depuis 2007. Université, travail du dimanche, 35 heures, heures supplémentaires... : nous ferons un audit de toutes les réformes pour les améliorer. Ensuite, au second semestre 2011, le gouvernement marquera une pause pour que le Parlement puisse, s'il le souhaite, délégiférer. «Nul n'est censé ignorer la loi», dit-on. Mais la complexité est souvent telle que personne ne s'y retrouve plus. Il sera grand temps de s'attaquer au chantier de la simplification législative et administrative. »(je souligne) http://www.lefigaro.fr/politique/2010/03/12/01002-20100312ARTMAG00549--nicolas-sarkozy-mon-role-est-d-apaiser-pour-pouvoir-reformer-.php

Ainsi, n'aurons-nous donc pas la paix dans les universités et le massacre institutionnel risque d'être « complété ».  

Aujourd'hui le paysage institutionnel de notre secteur est devenu plus compliqué que jamais, et la plus totale confusion règne, avec la création des agences, aux cotés des organismes de recherches, des universités et des grandes écoles, avec celle aussi des campus d'excellence, des PRES, des Alliances, d'EPAURIF, du grand emprunt, etc. Et bien que l'un des arguments rhétoriques systématiquement utilisé pour faire passer les réformes était celui de la nécessaire « simplification » et « rationalisation » ainsi que de la volonté d'en finir avec le « mille-feuilles » institutionnel, on est en droit de se demander si le gouvernement lui-même s'y retrouve. Pourtant certaines pistes pour de nouvelles réformes se dessinent clairement aujourd'hui. Ainsi, dans la course que les établissements universitaires et de recherche vont devoir livrer pour obtenir une fraction du « grand emprunt », une condition leur sera imposée : introduire une « nouvelle gouvernance » ! Le gouvernement entend donc aller encore plus loin dans la remise en cause de la collégialité garante de l'indépendance de la recherche. Indépendance pourtant vitale, et pour la créativité de la recherche, et pour nos libertés publiques à tous.

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy lors des vœux qu'il avait adressés cette année au monde de la recherche et de l'enseignement supérieur ne nous avait certes pas insultés comme il l'avait fait l'an passé (http://www.huchon2010.fr/presse/r%C3%A9action-aux-voeux-de-nicolas-sarkozy-au-monde-de-l%C3%A9ducation-et-de-la-recherche), mais il avait avancé un inquiétant projet : faire participer les personnalités extérieures membres des conseils d'administration des universités à l'élection des présidents. Projet rejeté par la majorité de notre communauté et par une très large majorité des présidents d'universités de la Conférence des Présidents d'Universités, lors de l'une de ses séances.

Mais peut-être l'entêtement mis par le gouvernement à continuer à nous imposer des réformes absurdes nous est-il réservé ? Parce que, souvenez-vous, nous sommes les « chouchous » de Valérie Pécresse (voir http://tsj.20minutes-blogs.fr/archive/2010/02/14/en-ce-jour-de-saint-valentin-nous-voulons-plus-que-des-preuv.html). Malheureusement, il n'en est rien. Il suffit pour s'en convaincre de voir que les enseignants qui étaient dans la rue vendredi appellent à une nouvelle manifestation cette semaine, que la justice battait également le pavé, ainsi que les infirmières, les kinés, les médecins, que le siège de l'AP-HP a été occupé, etc. Et j'ai été frappée lors de cette campagne en discutant avec les électeurs du rejet dont fait l'objet cette politique.

Conclusion : Dimanche prochain - et cette fois-ci tous ensemble à gauche - il faudra crier plus fort dans les urnes ! Visiblement ce gouvernement n'entend rien.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu