Avertir le modérateur

06/12/2010

Sans voix!

Un blog silencieux pendant plusieurs mois. Pourquoi? Parce que, à la suite des élections régionales de mars dernier, j'ai eu l'honneur d'être désignée comme vice-présidente de la région Ile-de-France en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche et vice présidente de la commission thématique de l'ARF (Association des régions de France) sur ces questions. Depuis ce jour, je n'ai pas réussi à prendre le temps de poster un billet sur ce blog. Je me suis efforcée de remplir au mieux la responsabilité qui m'a ainsi été confiée. Une lourde tâche. Un très grand honneur, mais des contraintes tout aussi importantes. Loin de l'image populiste des privilèges des élus... Un autre jour je vous expliquerai la politique que nous avons défini pour ce secteur, mais pas aujourd'hui.

En effet, aujourd'hui paradoxalement je reprends le clavier pour vous dire que je suis... sans voix! Sans voix face à la possible éviction de Jean-Paul Huchon de la Présidence de la Région Ile-de-France.

Une éviction qui fait suite au recours devant le Conseil d’Etat par un jeune responsable de l’UMP, demandant l'annulation de l’élection régionale arguant du fait qu'une campagne d'information sur les transports menée en septembre 2009 aurait été en fait une campagne de promotion de la majorité sortante et aurait donc faussé le résultat de l'élection de mars. Le rapporteur du Conseil d'Etat demande donc sur cette base l'annulation de l'élection de Jean-Paul Huchon.

Porutant cette campagne a eu lieu plus de 6 mois avant l’élection régionale. Pourtant cette campagne, purement institutionnelle, était reconduite, d’année en année, pendant la semaine de la mobilité. Pourtant la Commission Nationale des comptes (qui est elle-même composée de membres du Conseil d’Etat) a validé, à deux reprises, le compte de campagne de la liste de Jean-Paul Huchon en reconnaissant que la campagne du « conseil régional ne faisait nullement référence à la campagne électorale en cours ». Pourtant l’élection de la liste conduite par Jean-Paul Huchon est incontestable, elle a recueilli 57% des suffrages.

Je sais bien que beaucoup diront : 'il n'y a pas de fumée sans feu". Pourtant regardez bien les faits, ils sont tétus. Rien. Pas d'enrichissement personnel. Pas d'abus de biens sociaux.

Alors pourquoi? Oui pourquoi?

Ne serait-ce pas parce que l’UMP tente de reprendre ce qu’elle a largement perdu dans les urnes. Doit-elle faire oublier son échec national? Doit-elle faire écran à d'autres affaires qui font la une des médias? Jean-Paul Huchon dans son interview dans Le Parisien d'aujourd'hui, parle d'assassinat politique. C'est bien de cela qu'il s'agit. Mais au delà et à travers lui ce sont nos institutions, notre mode électif et notre démocratie qui sortirait, si une telle décision devait se confirmer, profondément fragilisée de cette affaire.
Au profit de l'abstention et du refrain bien connu des "tous pourris".

 

26/02/2010

Réponse à Jean-Robert Pitte, ancien président de Paris IV et candidat sur la liste UMP

Communiqué de Marie-Pierre de la Gontrie, porte-parole de la campagne Huchon 2010, et Isabelle This Saint-Jean, 2e de la liste Huchon 2010 dans les Yvelines, ancienne présidente de Sauvons la Recherche.

Marie-Pierre de la Gontrie et Isabelle This Saint-Jean souhaitent rappeler à Jean-Robert Pitte, ancien Président de Paris IV et candidat sur la liste UMP pour les régionales, que le franc parler n'excuse et ne justifie pas la totale ignorance des politiques régionales.

Dans une interview à Educpros.fr (http://www.educpros.fr/detail-article/h/10235e1315/a/jean-robert-pitte-sur-la-liste-ump-en-ile-de-france-avec-valerie-pecresse-il-y-a-trop-detud.html), Jean-Robert Pitte affirme que « l’équipe Huchon n’a jamais rien fait pour l’université. Lorsque j’étais Président de Paris IV, je n’ai pas vu un seul centime de la région ».

Marie-Pierre de la Gontrie et Isabelle This Saint-Jean rappellent que la Région a financé, durant le mandat présidentiel de Jean-Robert Pitte, près d’une centaine de bourses (de mobilité internationale, d’allocations de recherche, de cotutelles de thèses), des subventions de recherche, sans parler de l’aménagement d’une bibliothèque sur le site de Clignancourt au début des années 2000 et, surtout, de la création de la bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Bulac) dont Paris IV est un des 9 membres fondateurs. Rappelons que l’investissement de la Région en faveur de la Bulac se monte à plus de 45 millions d’euros, 64% de la bibliothèque !

 

Manifestement Jean-Robert Pitte considère que les bourses étudiantes, le soutien à la recherche et l’investissement massif dans les bibliothèques universitaires ne constituent pas des politiques régionales dignes d’intérêt, en cohérence avec sa position sur le trop plein d’étudiants. Marie-Pierre de la Gontrie et Isabelle This Saint-Jean s’interrogent sur la réelle priorité accordée à l’Enseignement supérieur et à la recherche dans le projet régional de Madame Pécresse puisque le candidat en position non éligible déclare :  "[Valérie Pécresse] souhaitait au départ que je sois deuxième de liste. Cela signifie qu’elle tient à mettre les questions "enseignement supérieur et recherche"  au cœur de sa campagne. Après les batailles de chiffonniers à la section parisienne de l’UMP – dans lesquelles je ne suis jamais entré –, je me situe finalement à une place non éligible sur la liste parisienne. Il s’agit donc pour moi d’une candidature de témoignage. "

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu